La liste « Saumur en Premier » pour les municipales de Saumur 2020 (communiqué de presse)

Communiqué de presse du mardi 4 février 2020

Chronologie de la campagne pour les municipales de 2020

Le lundi 9 décembre, j’ai annoncé ma candidature aux élections municipales et d’agglomération sur une liste sans étiquette.

Le vendredi 24 janvier, Charles Henri Jamin a annoncé son engagement à mes cotés.

Le vendredi 31 janvier, nous avons inauguré notre local de campagne au 29 rue Dacier et affiché le nom de notre liste : « Saumur en premier ». Ce nom de liste est la raison de notre engagement ; il exprime notre vision de la Ville de Saumur et l’ambition que nous portons pour nos concitoyens. Cette inauguration, fêtée par quarante personnes nous a permis de mieux se connaitre car nous venons d’horizons très divers.

Nous sommes en train d’y organiser notre participation à la campagne officielle. Ce local de campagne est aussi notre atelier permanent pour la préparation de notre programme.

Le programme de la liste Saumur en premier.

Ce programme pour nos cinq communes s’articule en cinq directions, comme une marguerite à cinq pétales, chaque direction ouvrant vers un projet majeur : 

– bien vivre ➔ réhabiliter les centre-villes pour se repeupler

– vivre en paix ➔ prévenir l’achat de drogue, source de nombreux maux

– bien travailler ➔ créer une école hôtelière d’excellence

– bien faire fonctionner la collectivité   s’engager dans une démarche de qualité et obtenir la certification ISO 9001

– bien préparer l’avenir.  ➔ Progresser d’une ville de patrimoine vers une ville de transmission, projet de théâtre de 1600 places au Breil.

Ces cinq domaines ont vocation à recouvrir l’ensemble des compétences de la ville. Nous préparons pour la semaine prochaine une extension virtuelle (sur Internet) de cet atelier de manière à la fois à diffuser notre travail et à permettre les apports du plus grand nombre.

De l’impossible : fort d’une première victoire sur les taxes de Loire

S’attaquer avec opiniâtreté aux problèmes dits insolubles est notre raison d’agir.

Chaque fois que l’on me dit, « cela va être difficile », « cela va demander du temps », « Vous savez c’est compliqué », tous ces appels au défaitisme ne font qu’exciter ma combativité car l’expérience m’a appris que les plus grandes défaites sont les combats que ne veut pas mener.

– Faut-il être fou pour vouloir naviguer sur un fleuve non navigable ?  Chaque année j’y transporte 10.000 passagers en toute sécurité.

– Faut-il être fou pour s’adresser à l’Etat qui impose des taxes non soutenables sur la navigation qui viennent doubler mon déficit ? Tout le monde m’a dissuadé de me battre. Je l’ai pourtant fait, appuyé notamment par Madame la députée Laëtitia Saint-Paul. Et le 9 janvier 2020, Monsieur Michel Derrac, directeur départemental des finances publiques  m’a écrit pour me dire que suite à notre rencontre du 27 novembre 2018, soit 13 mois plus tard, il m’accordait une remise de 11.802 Euros sur les 16.232 Euros réclamés au titre des années 20156 à 2018 : la logique, le bon sens et l’intérêt bien compris de l’Etat ont fini par prévaloir.

D’un monde nouveau : des raisons de se présenter

Doucement mais sûrement, Saumur a beaucoup évolué en 20 ans. Les habitants de Saumur voyagent et bougent dans le monde entier. La mondialisation a désenclavé Saumur qui, inversement, est en mesure de recevoir des personnes qui arrivent du monde entier. La qualité de vie à Saumur, toujours perfectible, est incomparable. On peut, depuis une petite ville comme Saumur, travailler sans limite géographique. Face à cette nouvelle situation, le gouvernement de la ville appelle à de nouvelles ambitions. Les talents des saumurois sont formidables. Je ne comprends pas pourquoi cette ville qui a tant d’atouts n’arrive pas à se hisser à la hauteur de sa renommée. Seul, précurseur, j’ai en 2011 maintenu ici la navigation sur la Loire. D’autres privés, suivant mon exemple, m’ont suivi et ont démultiplié mon action. Aujourd’hui l’activité fluviale est devenue évidente ; c’est un nouvel attrait offert à Saumur, quasiment sans un sou d’argent public. (Allez voir la nouvelle décoration de l’hôtel Mercure, géniale).

Je veux faire briller les talents de Saumur, m’attaquer aux blocages qui l’entravent. C’est aux citoyens de diriger leur ville. C’est bien l’esprit qui anime tous les membres de ma liste « Saumur en Premier ».

Taper dans le dur, sinon rien

Alors, réhabiliter des centre villes/bourgs abandonnés depuis 50 ans pour gagner des habitants, lutter contre la drogue à Saumur, booster la formation supérieure et notamment dans le tourisme, revoir circulations et stationnements terrestres et fluviaux, faire venir des entreprises, certifier la Ville dans une démarche de qualité puis de développement durable pour de meilleures réponses aux demandes des citoyens, lancer de grands projets pour la transmission culturelle (pourquoi pas un théâtre de 1.600 places pour Saumur Val de Loire au Breil ?), exploiter la réglementation au service des citoyens, tout cela ne nous fera pas peur. Car c’est du courage, que les habitants attendent de la part de leurs élus. Ce sera notre raison d’être. Saumur reste la ville « aux murs sauveurs ». La fonction protectrice, autrefois dévolue à l’enceinte fortifiée, repose désormais sur le conseil municipal.

De la liste Saumur en Premier.

Des personnes bénévoles et disponibles continuent à nous rejoindre pour apporter leurs compétences au service de leurs concitoyens. La liste complète des colistiers pour la Ville-de-Saumur et pour Saumur-Val-de-Loire sera communiquée en temps utile, dès qu’elle sera définitive et donc avant le 28 février.

Cependant, vous pouvez déjà noter la présence à mes cotés de : (ordre alphabétique)

– Agnès Babinet, pharmacien hospitalier

– Carole Chalouas, commerçante

– Kathy Dudouet, entraineur et cavalière de haut niveau

– Céline Mauriès, mère de famille, ancienne responsable de foyer d’accueil

– Alain-Nicolas Coquema, administrateur de sociétés de tourisme et patrimoine…

– Patrick Daviaud, retraité de gendarmerie et ancien conseiller municipal en charge de la sécurité

– Marc Lefief, cadre approvisionnement et entrepreneur en sonorisation

– Emmanuel Meunier, cadre infirmier en EPAHD

qui m’apportent, avec Charle-Henri Jamin déjà cité, une expertise et un soutien formidable.

De l’agenda de campagne

Nous avons prévu avant le premier tour une réunion publique à la salle Beaurepaire le jeudi 5 mars à 20 h. En attendant, nous allons multiplier les réunions privées qui facilitent un contact plus personnel et des échanges plus fructueux.

Bernard Henry

Signature.jpg

Liker cet article ?

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *